Les loups du Gévaudan

Sainte-Lucie
48100 Saint-Léger-de-Peyre

Tel : 00 33 (0)4 66 32 09 22
Fax : 00 33 (0)4 66 32 83 65
infos@loupsdugevaudan.com

Coffrets Cadeaux Loups

Faites découvrir le parc des loups du Gévaudan à vos proches, offrez leurs un coffret cadeau Lozère !

NOS COFFRETS CADEAUX :

- Coffret cadeau "Mystères du Gévaudan".

- Coffret cadeau "La vie des animaux sauvages".

- Coffret cadeau "Echappée sauvage sauvages".

Programme 2016

- Jeux de Piste
- Animations-Grimages
- Après-midi thématisés
- Aires de jeux
- et bien d'autres activités...

Voir le programme

Le parc sur Tripadvisor



Donnez votre avis sur Les loups du Gévaudan

energie 100% renouvelable

Les Loups du Gévaudan

La avec ses 13 habitants au km2 et ses 45% de surface boisée, est le département le plus «nature» de France. Ici, sur les Terres de Légende du , vous trouverez un paysage harmonieux et sauvage.

Lire la suite de Les Loups du Gévaudan

La Bête du Gévaudan

1764 – 1767

Estampe allemande ( collection Hennin )

Estampe allemande ( collection Hennin )

00077539Les bergers n’avaient pas peur des loups. Tous plusieurs fois ont lancé leurs chiens aux trousses de ces voleurs de moutons. Quant aux petits gardiens de troupeaux qui ne possédaient pas de chiens, ils couraient eux-mêmes sus aux loups avec leur bâton en criant, ou bien ils leur jetaient des pierres. Et les loups animaux timides, beaucoup plus timides qu’on ne le croit, s’enfuyaient, tenaillés par la faim, mais avec, peut-être, l’espoir de trouver ailleurs une proie moins gardée.

00077533Mais, un jour tout changea. Une fillette de 14 ans, Jeanne Boulet, des Ubas, paroisse de Saint-Etienne de Lugdarès, non loin de Langogne, fut tuée par une « Bête féroce ». La petite victime devait être ensevelie le 1er Juillet 1764. On parla beaucoup de ce meurtre, mais les nouvelles n’allaient pas vite il y a deux siècles et plus, et l’on ne fit pas tout de suite le rapprochement avec un second meurtre : une fille de 15 ans tuée le 8 août au Mas Méjean, paroisse de Puylaurent. A la fin de ce mois c’est un garçon de 15 ans de Cheylard l’Evêque qui est tué ; le 1er septembre, un autre garçon de 15 ans est trouvé mort ; il était de Chaudeyrac. Cinq jours plus tard, c’était une femme âgée de 36 ans, égorgée dans son jardin des Estrets, paroisse d’Arzenc de Randon. C’était le début d’une longue série de meurtres. Pendant trois années, jusqu’au 19 juin 1767, la Bête du Gévaudan tua une centaine de personnes, et probablement davantage. Sa dernière victime, un enfant fut tué la veille de cette date.

Novembre 1764

00077541Le 03 Novembre 1764, ce furent 56 dragons qui, sous la conduite de Duhamel arrivaient à Mende. Deux jours plus tard ils s’installaient à Saint-Chély d’Apcher, pour être plus proches des lieux où la bête du Gévaudan exerçait ses ravages. Duhamel organisa de grandes chasses, des battues auxquelles participaient des centaines, voires des milliers de paysans. Ces battues ne décourageaient pas la Bête du Gévaudan et l’on s’étonnait, à bon droit d’ailleurs, du fait que lorsqu’une chasse se déroulait dans un secteur, la Bête commettait un nouveau crime à plusieurs lieux de là.

00077535Comme si elle avait été prévenue. Un jour notre bête du Gévaudan eut à faire à forte partie, ceci grâce au courage d’un jeune garçon nommé Portefaix avec la participation de six autres jeunes enfants. Ces enfants étaient tous armés d’un bâton au bout duquel ils avaient attaché une lame de couteau. Ils réussirent à faire fuire la Bête qui les avaient attaquée. Plusieurs lettres font état de la désinvolture des dragons.

Les gens se plaignaient que les dragons étaient sans ordre et sans discipline, partout où ils passaient, ils foulaient sans ménagement les récoltes, se faisant fournir à discrétion, et par la force, les vivres et les fourrages dont ils avaient besoin. Comme Duhamel, qui se dépensait cependant beaucoup, ne parvenait pas à débarrasser le pays de cette bête, la mauvaise humeur des paysans se retourna contre lui et il dut quitter le Gévaudan…

Février 1765

00077543Un Louvetier remarquable, M. d’Enneval d’Alençon, lui succéda, il était le plus remarquable chasseur de loups de France. Il en avait tué disait-on, 1200. Il arriva donc pleinement décontracté, certain qu’en quelques jours il abattrait son 1201ème loup et que, du même coup il débarrasserait le Gévaudan de cette terrible Bête.
Les choses n’allèrent pourtant pas aussi vite que tout le monde le souhaitait et les Denneval ne s’étaient pas mis seulement les paysans à dos, qu’ils indisposaient parce qu’ils les réquisitionnaient trop souvent, mais encore les autorités civiles et les notabilités locales.

00077545Au courant de ce qui se tramait contre eux, les Denneval réagirent en multipliant les battues, qu’ils organisaient alors le dimanche et les jours de fête, ils y participèrent avec plus d’entrain. Malgré ce, ils ne parvinrent pas à mettre un terme aux massacres occasionnés par la bête du Gévaudan. Des plaintes parvinrent au roi Louis XV, qui prenait un tel intérêt au sort des malheureuses populations du Gévaudan qu’il n’hésita pas à se séparer d’Antoine de Beauterne, son porte arquebuse et lieutenant des chasses, pour l’envoyer courir sus à la dévorante. Le 08 Juin 1765, Antoine et sa troupe parmi laquelle figurait son fils cadet, quittaient Versailles, ils arrivèrent le 22 juin au Malzieu.

Antoine n’était pas partisan des battues ; il préférait poster ses hommes dans les affûts, deux par deux, pendant la nuit. L’entente ne pouvait se réaliser entre Antoine et les Denneval et ces derniers furent rappelés. Ils devaient quitter le Malzieu le 18 Juillet après avoir complètement échoué dans leur mission. Antoine avait la réputation d’un homme extrêmement bon et il sut s’attirer la sympathie des paysans. Mais Antoine était déconcerté par le nombre de meurtres que la Bête du Gévaudan pouvait commettre et il était pressé d’en finir, d’autant que son service le rappelait auprès du Roi, et qu’il n’avait encore rien fait de positif.

Création : Kaeppelin

Création : Kaeppelin

 Création : Joëlle Rouzaire

Création : Joëlle Rouzaire

Musée fantastique de la Bête du Gévaudan :

00077528Le Musée fantastique de la Bête du Gévaudan situé à Saugues ( 43 ) a ouvert en 1993 ,
sous l’initiative d’un passionné de la Bête , Jean Richard .

 

Version de Gérard Ménatory

« Ce qui est difficile à croire, c’est qu’un loup ait attaqué systématiquement bergers et bergères, car un loup imprégné ou non s’en prendra toujours en priorité aux moutons. Par ailleurs, un loup élevé dans de telles conditions (élevé par Antoine Chastel) n’aurait pas fui devant les chasseurs, puisqu’il n’aurait vraiment eu aucune raison d’en avoir peur, et jamais il n’aurait été nécessaire de le chasser pendant trois ans.
Peut-on supposer que Chastel ait eu l’occasion d’élever un produit du croisement entre un chien et une louve, ou vice versa ? Ce n’est pas impossible, mais là encore il faut savoir que ces hybrides sont généralement moins agressifs que les parents dont ils sont issus.

Il reste comme animal possible une hyène.
Une hyène élevée par Antoine Chastel alors qu’il était garçon de ménagerie en Afrique. Une hyène qui aurait été le mâtin des historiens. Durant son séjour en Afrique, Antoine Chastel avait eu tout le temps d’apprivoiser une jeune hyène ; il peu l’avoir élevée comme un chien lorsqu’elle a été sevrée. Une hyène sauvage n’aurait pas pu être la Bête du Gévaudan, mais une hyène vivant aux côtés de Chastel aurait pu très bien être la Bête. »

00077549« Cette bête du Gévaudan que pour toutes les raisons invoquées Chastel n’avait pas la possibilité de nourrir. Alors cette hyène pouvait s’attaquer aux petits gardeurs de troupeaux. Une hyène est capable d’agresser des êtres humains, à condition qu’ils ne soient pas en force ; il est plus dans le comportement d’une hyène de commettre de tels méfaits que dans celui d’un loup ou de deux ou trois loups.

Dans cette association redoutable qui a commencé à tuer? Quel était le rôle de chacun? Difficile à dire. Mais entre un homme vivant seul, émasculé, mourant de faim et la bête, il y a certainement un lien très étroit. Qui a commencé ? La hyène, peut-être, qui ayant une première fois échappé à son maître a tué une bergère. Peut-être, qui sait Chastel n’a-t-il pris aucune part à ces crimes. Il en aurait eu simplement connaissance et dans cette hypothèse on ne pourrait que lui reprocher d’avoir été complice passif. Antoine Chastel, en somme, couvrait sa hyène. Il la défendait contre les dragons, contre tous ceux qui, avec plus ou moins d’ardeur, participaient aux battues. Bien souvent la Bête du Gévaudan disparaissait mystérieusement, où allait-elle ? Vraisemblablement elle trouvait refuge auprès de son maitre. »

00077698 00077700

Représentations actuelles :

Armoiries ( G. Caussignac / Mende )  Aumont - Aubrac ( 48 ) une fontaine à Javols ( 48 )
la stèle représentant Jean Chastel à la Besseyre Saint Mary ( 43 ) sculpture bois à Saugues ( 43 ) Sculpture à Auvers ( 43 )
00077702 00077772

Environnement du Parc

Deuxième moitié du XVIIIème

Le Gévaudan

De hautes terres disparaissant trois à quatre mois par an sous la neige ; des plateaux battus par les vents, des forêts encore profondes de nos jours, des pâturages, des landes à genêts immenses, des fermes de granit aux grosses pierres tachées de rouille, des villages tristes aux habitations massives, construites pour durer, mais éloignées, très éloignées des grands centres qui représentaient ce que l’on n’appelait peut-être pas encore la civilisation, ainsi était le Gévaudan durant la deuxième moitié du XVIIIème siécle.

Les habitants du Gévaudan ne manquaient cependant pas de distractions comme on pourrait le supposer.

Comme partout ailleurs dans les campagnes de France, le travail était très pénible et tous les bras étaient mobilisés pour les semailles pour les récoltes et pour les mille et une activités que connaissent d’ailleurs les agriculteurs de notre temps.

A cette époque les enfants participaient également au travail; lorsqu’ils étaient trop jeunes pour manier avec efficacité la faux, la hache ou la fourche, on leur confiait la garde des troupeaux.

C’était aussi une tâche réservée aux femmes, jeunes ou vieilles, lorsque les enfants faisaient défaut à la ferme.

00038051

Ces petits bergers, ces bergères connaissaient bien leurs métier.

Il n’y avait pas de transistors pour les distraire par ailleurs, ils ne se seraient pas permis de ne pas faire consciencieusement leur travail.

Le chef de famille n’admettait pas facilement les excuses, et les mots de « dialogue » de « contestation » n’avaient pas encore fait leur entrée fracassante dans le monde des jeunes.

Ces enfants étaient de bons bergers ; ils avaient quelquefois un chien pour auxilliaire.

En fait, ils n’avaient à craindre que les loups ; à cette époque ils étaient très nombreux en france ; et tout le monde sait que le loup aime bien le mouton.

Sainte – Lucie

00038055

Situation Géographique de Sainte-Lucie :

A 1100 m d’altitude, à 9 km au nord de Marvejols, Sainte Lucie surplombe de près de 400 m à l’est, les gorges de la Crueize (ou de l’Enfer), à l’ouest, la route nationale 9. En face à l’est, le plateau de Fraissinet et d’Espère, distant de moins de 1500 m à vol d’oiseau mais de plus de 12 km si l’on y va par la route. Plus loin le signal de Randon et le « truc de fortunio » plus loin encore, vers le sud-est, le Goulet et le Mont Lozère. A l’ouest, l’Aubrac, au nord le Roc de Peyre et la terre de ce nom.

Historique de Sainte-Lucie :

Il est malaisé de faire l’historique de Sainte Lucie car les documents d’archives à son sujet sont rares et fort peu explicites. On peut faire deux suppositions :

  • Le bois qui couronne ce haut lieu était dans l’antiquité une sorte de temple de la Nature où officiaient les Druides et que les Romains, à leur arrivée en Gaule, ont reconnu comme tel, en lui affectant le mot latin » Lucus » qui signifie « le Bois Sacré »
  • Ou bien encore, ces mêmes Romains y édifièrent un sanctuaire dédié à la divinité Lucine.

Lucine, transposition la tine de « Heraphosphoros » ou « lumineuse », très en honneur chez les Grecs était une divinité spécifiquement romaine : elle assurait la bonne délivrance des mères et l’heureuse naissance des enfants. La racine de son nom vient est le mot latin « Lux » qui signifie « Lumière » parce qu’en effet elle présidait à l’instant où les enfants voient le jour pour la première fois.
On représentait Lucine en costume matronal, avec une fleur dans la main droite et un enfant sur le bras gauche, la tête parfois couronnée de dictame, plante supposée favorable aux accouchements. Elle avait un temple à Rome dans lequel, à la naissance de chaque enfant, les parents payaient un droit pour grossir les trésors de la déesse. On célébrait en son honneur, tous les ans, des fêtes durant lesquelles des hommes couraient chez les femmes romaines et leur frappaient le ventre avec une peau de chèvre semblable à celle que l’on disait habiller la déesse Junon, elle-même protectrice souveraine de la famille.
Rien n’interdit de penser que les Romains, séduits par la belle santé des Gaulois du coin, ont souhaité régénérer leur sang décadent au moyen de fécondes unions, tout en fournissant le « repos du guerrier » à leurs troupes valeureuses. Ils auraient placé cette pépinière de petits Gallo-Romains, bruyants et suceurs de pouce, sous l’égide de la bonne Lucine.
Les Gaulois, dit-on, lançaient du haut du plateau, des cercles de bois enflammés qui dévalaient les pentes et achevaient de se consumer dans le fond de la vallée aujourd’hui dénommée « Vallée de l’Enfer » sans que l’on sache bien s’il s’agit d’une référence à cette étrange coutume incendiaire, rituelle sans doute du culte de Feu.

Sainte Lucie apparaît pour la première fois dans les annales écrites de l’an 1140, à l’occasion d’un hommage rendu à Astrog de Peyre par Montmajour, seigneur de Sainte Lucie. Les seigneurs de Peyre étaient très puissants dans cette partie du Gévaudan et comptaient de nombreux vassaux. Bons chefs militaires, grands bâtisseurs, ils appuyaient leur souveraine autorité sur tout un appareil de forteresses, bastions, maisons fortifiées, garnisons, etc…. Plusieurs d’entre eux furent évêques de Mende, ce qui renforçait encore le prestige et la fortune de la Famille. Le plus illustre des Seigneurs de Peyre est resté dans l’histoire locale sous le nom du « Grand César ». On lui doit le superbe château de la Baume, commune de Prinsuéjols, proche d’ici, surnommé le «Versailles du Gévaudan».

La forteresse de Montmajour avait nom « Chastel-Lux » ou « Chastelus ». Il n’en reste rien aujourd’hui. Elle se dressait sur le terre-plein herbeux, à l’emplacement de l’actuelle croix de granit. Un examen superficiel du terrain suggère de vagues traces circulaires pouvant évoquer des fondations circulaires (tours ? donjons ?). Quoi qu’il en soit, une raison de sécurité amena, comme à l’accoutumée, les éléments d’une population à se regrouper sous la protection de ce « chastel lux ». En effet en ces temps de guerres permanentes, le paysan, dans la campagne, était exposé, ainsi que ses récoltes et son bétail, à toutes sortes de dangers et il venait chercher refuge dans l’enceinte des murailles dès qu’elles étaient élevées : il était suivi en cela par tout un menu peuple également menacé. A cette protection temporelle et musclée, il convenait d’adjoindre celle de la Providence. Sitôt donc qu’une agglomération s’était formée en un point, une église était bâtie et une paroisse était fondée. Cette église était dédicacée à un Saint et par extension, le nom de ce saint devenait très fréquemment celui de la paroisse. Dans le cas présent, on n’alla pas chercher bien loin, puisque « Lux » ou « Lus » il y avait, pourquoi ne pas s’adresser à Sainte Lucie ? Au 17ème siècle, le monument était trois fois plus grand que celui que nous contemplons actuellement.

La seigneurie passa à la famille de Recoux, hommagère des Seigneurs de Peyre. La forteresse, par suite d’un sort contraire, avait disparu ; la paroisse, elle, demeurait, livrée aux vents de toute nature, dont les moindres ne furent pas ceux de la Réforme et de la Révolution de 1789. L’église fut réduite à l’état où nous la voyons de nos jours, modeste, mais fort gracieuse, justement proportionnée aux dimensions actuelles du hameau.
Un escalier extérieur aux marches de granit conduit à son joli clocher à deux baies superposées. La nef est séparée par deux pilastres, avec abside semi-circulaire. Eclairée seulement du côté sud, la voûte actuelle est un simple lambris. Un cordon subsiste à la base des voûtes. A l’extérieur, le portail s’ouvre sur la nef du côté sud, sous un porche. L’abside à sept pans extérieurs, est de style roman ; elle est couronnée de modillons sculptés représentant, entre autres figures, des têtes d’animaux.

Les maisons du hameau sont en granit avec de belles toitures en « lauze ». Elles sont caractéristiques des constructions rurales en Gévaudan au XVIe et XVIIe siècle. Près du cimetière se trouve une admirable grange en « carène renversée », longue de 25 m et large de 8 m, dont la charpente en bois descend jusqu’au sol ce qui est exceptionnel. En terre de Peyre on trouve fréquemment des granges de ce modèle ; le Gévaudan ayant fourni bon nombre de marins à la France, une tradition veut que d’anciens charpentiers de la marine royale aient construit ces charpentes.
Attenant à cette grange, une belle habitation du XVIIe siècle a été restaurée tout récemment. On l’appelait « la maison des Evêques » ; elle avait appartenu, en effet, à deux prélats : Mgr Nègre, archevêque de Tours et son parent du même nom, archevêque de Sibistra. De nos jours on l’appelle « la Maison de Maître ». (Gîte de France).

La Margeride

Massif granitique :

margeride

margeride_02Vous entrez en Margeride, massif granitique aux formes douces, situé entre Haut Allier et Cévennes où collines, vallons et plateaux façonnent le paysage avec harmonie et où les bois de pins, les prés, les landes à genets, les ruisseaux, rivières et lacs forment une immense mosaïque multicolore.

Les hommes et les femmes de ce pays, où histoire et légendes quelquefois se confondent, sont les héritiers d’un monde rural où les valeurs essentielles de notre société ont été sauvegardées.

En effet, sur ces Hautes Terres, situées à plus de 1000 mètres d’altitude, l’occupation humaine forte et ancienne a su préserver au cours des siècles, une culture, un savoir-faire, des paysages et un environnement riche et varié. De véritables passions animent le coeur des habitants de ce beau pays : passion de l’accueil, passion des matériaux traditionnels, tels le bois et la pierre granitique, passion de l’élevage et du travail de la laine, passion des mets et des saveurs hérités de leurs aïeux, passion d’un pays où calme et art de vivre, au fil des saisons, riment avec plaisir et bien-être.

Les amoureux de la nature seront émerveillés par la diversité des paysages, par une flore aux mille parfums. Ils pourront se laisser étonner, à chaque instant, par la fraîcheur des sous-bois, par le murmure des ruisseaux à truite et seront enivrés par ces espaces de liberté.

La faune et la flore :

margeride_03La Margeride est l’une des dernières terres françaises à pouvoir accueillir des animaux aussi emblématiques que mythiques que sont les loups et le bison.

Travail de sensibilisation et de réhabilitation pour le loup, programme de réintroduction en milieu naturel pour le bison.

Dans ces espaces de quiétudes, qui n’ont pas soufferts de la main de l’homme ; il est possible d’observer le vol du Busard et du Milan Royal ou de surprendre le lièvre.

Les rivières font le bonheur du Cincle plongeur, oiseau amphibie, et des loutres, animal rare et très menacé.

C’est en Margeride que prend naissance l’Allier, dont la source est devenue l’un des derniers sanctuaires du saumon.
Les forêts sont l’habitat des Cervidés (chevreuil) ainsi que des sangliers. Le cerf lui n’est qu’un hôte de passage.
La Margeride est un lieu incontournable pour les ornithologues en herbes, puisqu’il est possible d’observer les Mésanges, le Rouge-Gorges, les grands corbeaux…
La Margeride est avant tout la terre du hêtre. Cette région possède une grande diversité végétale (flore alpine, variétés boréales très rares : le bouleau nain). La Margeride est aussi un gigantesque réservoir de plantes médicinales (Arnica, Violettes, Digitales,…).
La population arboricole est aussi largement représentée par la présence de résineux (Pin Silvestre, Epicéa, Sapin Pectiné, Mélèze) et de feuillus ( Sorbier, Bouleaux Blancs, l’Aulne, le Peuplier, le Charme, l’Erable, …).

L’habitat traditionnel :

margeride_04
Au coeur de la montagne, où le granit est particulièrement massif, les contraintes liées au matériau et au climat ( plus de 1000m d’altitude), la relative stabilité des modes de production sur une longue durée, ont engendré un type de construction dont les formes se sont perpétuées identiques à elles mêmes jusqu’à un passé récent.

L’extraction des pierres se fait sur place au sein de volumes massifs et irréguliers. De ces boules de granit, le tailleur de pierres fera des bâtiments d’exploitation ou d’habitation aux ouvertures miniscules amenant à la construction de murs paraissant taillés à la mesure des géants.. La maison type. La plupart des maisons sont à moitié enterrées dans le sol du côté nord et orientent leur façade vers le sud. Deux types d’organisation sont lisibles :

  • Le modèle « en barres ». L’étable et le logis sont dans le prolongement l’un de l’autre, sous le même toit, séparés par une cloison de bois, par les lits clos, ou par un mur de refend.
  • Le modèle « en L » : Le logis et la grange forment une équerre. Les fonctions sont partagées par niveaux chacun ayant un accés extérieur et intérieur. Au rez de chaussée: le logement des hommes et des animaux communiquent. Au dessus de l’étable, le fenil est accessible par l’intérieur et on distribue le foin, par des trappes, dans les mangeoires. Quant à l’ameublement intérieur, on trouvait encore dans la salle commune en 1930 : des lits clés, compte tenu de la température ambiante, c’était d’ailleurs une situation enviable. Au sein de chaque maison, l’ouvrage le plus remarquable est sans doute le linteau de la cheminée qui occupe tout le mur pignon, à observer aussi les linteaux de portail.

Découvrez le parc

Les Loups du GévaudanLa Lozère avec ses 13 habitants au km2 et ses 45% de surface boisée, est le département le plus «nature» de France.

Ici, sur les Terres de Légende du Gévaudan, vous trouverez un paysage harmonieux et sauvage.

Le village de Sainte Lucie dominant le Val d Enfer, bénéficie d’un panorama unique qui s’étend à perte de vue jusqu’au Mont Lozère et à l’Aubrac.

Le calme vous enchantera et vous vibrerez lors des hurlements des loups du parc Les Loups du Gévaudan.

Le parc de vision vous est ouvert afin de découvrir avec nos spécialistes cinq sous-espèces du Canis lupus.

Le parc d’observation est réservé aux scientifiques afin qu’ils puissent observer cet animal dans le plus grand enclos réservé à des loups en captivité.