Les loups du Gévaudan

Sainte-Lucie
48100 Saint-Léger-de-Peyre

Tel : 00 33 (0)4 66 32 09 22
Fax : 00 33 (0)4 66 32 83 65
infos@loupsdugevaudan.com

Télécharger le dépliant

Pour avoir toutes les informations à portée de main, télécharger le programme 2018

Programme 2018

- Jeux de Piste
- Animations-Grimages
- Après-midi thématisés
- Aires de jeux
- et bien d'autres activités...

Voir le programme

Le parc sur Tripadvisor



Donnez votre avis sur Les loups du Gévaudan

energie 100% renouvelable

Coffrets Cadeaux Loups

Faites découvrir le parc des loups du Gévaudan à vos proches, offrez leurs un coffret cadeau Lozère !

NOS COFFRETS CADEAUX :

- Coffret cadeau "Mystères du Gévaudan".

- Coffret cadeau "La vie des animaux sauvages".

- Coffret cadeau "Echappée sauvage sauvages".

Son retour naturel en France

Photo: "Twilight Hunters" Alan & Sandy Carey

Photo: « Twilight Hunters » Alan & Sandy Carey

Le retour naturel du loup en France

 

 

Le loup a été éradiqué en France entre 1920 et 1940, principalement à l’aide de poisons violents comme la strychnine.
Son retour s’est déroulé sur notre sol français dans le début des années quatre vingt dix, avec la première observation officielle le 4 novembre 1992 dans le Parc National du Mercantour.
Cette observation a été réalisée lors d’un comptage de chamois par des agents du Parc National du Mercantour (P.N.M.). Il s’agissait de loups italiens (Canis lupus italicus)…

Actuellement, deux axes de colonisation sont observables en France.

Le premier axe de colonisation concerne l’arc alpin et les zones préalpines remonte jusqu’au Vosges et commence une percée à l’ouest des Vosges. Les loups sont présents principalement dans les départements suivant: Alpes-Maritimes, Isère, Savoie, Haute-Savoie, Drôme, Alpes-de-Haute-Provence,  Hautes-Alpes et le Var. Des traces (indices) de passage voire d’installation ont pu être récoltés dans l’Ain, en Ardèche, le Vaucluse, les Bouches du Rhône puis le Jura, Doubs, Haute-Saône

[indices: des animaux sauvages voire domestiques prédatés, des crottes, de l’urine, des poils, du sang, parfois le cadavres d’un loup ]

Différents indices ont révélés un second axe de colonisation allant du Massif Central jusqu’aux Pyrénées Orientales. Avec une installation datant d’une dizaine d’années maintenant dans les PO, plus récente en Lozère. Des indices de passages ont pu déjà être récoltés dans le Puy de Dôme, le Cantal, en Aveyron, dans le Tarn, potentiellement dans le Gers (un canidé photographié pouvant être un loup)…

L’estimation actuelle est d’approximativement 430 (entre 377 et 487 ) individus selon le dernier bilan hivernal 2017-2018 de l’ O.N.C.F.S. (Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage).

Concernant les pays voisins: le Portugal compte environ 280/350 loups sur le Nord du pays; l’Italie environ 1500/1800 individus répartis sur la majorité du pays et l’Espagne compte approximativement 1000/1200 individus sur le N/NO principalement (Sierra de la Culebra, Asturia…) avec une petite population au Nord de Madrid (sierra de Guadarrama)

Canis lupus italicus installé en Italie, en France et en Suisse. Quelques individus sont par ailleurs répertoriés en Catalogne.
photo : Alberto Tovoli

photo : Alberto Tovoli

dscn1084_1_1_1-moyen-format

photo : Alberto Tovoli

 

 

Vie sociale

Le loup, un animal social

00075459Quelle que soit l’origine des loups, la vie sociale reste la même.  La meute est composée de 4 à 6 individus en moyenne pour un territoire de 200 à 300 km2 dans le sud de l’Europe (France, Italie, Espagne, Portugal), et comporte entre 8 et 15 individus en moyenne pour 1000 à 4000 km2 au Canada, par exemple.

La reproduction s’opère de mi-janvier à mi-mars. C’est à cette période que les mâles adultes, entre eux, et les femelles adultes, entre elles, vont s’affronter. Seul le couple dominant se reproduira. Si un couple reste dominant plus de 3 ans, les jeunes de 2 ans partiront à la recherche d’un autre territoire, d’une autre meute. Concernant les meutes en France, Italie ou Espagne où le nombre d’individus est d’environ 4 à 6 loups, la situation est différente. Ils ne représentent qu’une seule et même famille (cellule familiale) comprenant un couple reproducteur, deux louveteaux de l’année et éventuellement des jeunes de l’année précédente ; il n’y a pas d’affrontement. Les jeunes ne sont pas suffisamment puissants pour rivaliser contre leurs parents.

 

 

00077792Il n’y a qu’une portée par an d’environ 4 petits. Seuls 40% des nouveaux nés atteignent l’âge adulte. Dans le clan, chaque individu s’occupe des louveteaux. Si un petit a faim, il mordille les babines d’un des loups de la meute qui régurgite alors pour le nourrir. Ils atteignent pratiquement leur taille adulte à l’automne et participent alors à la chasse.

L’alimentation et la surveillance de la portée unique sont assurées par tous. Cette vie au sein de la meute est rude et la compétition sévère. Il faut se battre pour conserver son rang, s’affronter pour devenir dominant, intimider pour se nourrir avant les autres. La vie collective constitue donc, pour ce prédateur, une solution pour augmenter ses chances de survie.

00080187

La meute

L'importance de la meuteL’importance de la meute

L’identité d’un loup se fonde avant tout sur son appartenance à un groupe, un clan très soudé. La hiérarchie, au sein du groupe, est soulignée régulièrement par des expressions corporelles ritualisées accompagnées bien souvent de sons qui expriment la neutralité, la soumission ou encore l’agressivité. Ce langage corporel est fait de diverses postures et mimiques. Dès son plus jeune âge, le louveteau apprend à montrer sa soumission en adoptant une position rampante, la tête baissée, le regard détourné, les oreilles aplaties et la gueule fermée. Inversement, le regard fixe et les oreilles droites, la queue relevée à l’horizontale et le poil redressé manifestent l’expression d’une dominance. Chaque individu commande celui qui occupe un rang inférieur et obéit à ses supérieurs. Au plus haut de la hiérarchie se trouve le couple dominant (le couple alpha), en général fondateur de la meute.

La dominance n’est pas établie pour toujours, mais pour quelques saisons seulement. Les remises en question de l’ordre établi ne sont pas rares et donnent parfois lieu à des affrontements violents. Le couple dominant et surtout le mâle (meneur principal) prend les décisions concernant les déplacements, la chasse et le marquage du territoire. L’instinct social des loups se manifeste également par la solidarité entre les individus.

 

00077841

Alimentation

La prédation

00075753Photo : Brakefield

 

Le loup montre une prédilection pour les grands herbivores sauvages. Exemples: bison (Bison bison), cerf ou wapiti , bœuf musqué , mouflon ,  encore cerf , chevreuil , sanglier , chamois , mouflon etc… dans les plaines et les montagnes d’Europe. Seuls les plus vulnérables de ces espèces-proies seront prédatés: Bien évidemment, il prédate des proies de tailles plus réduites tels les lapins, lièvres, castors, marmottes,écureuils, mulots…

Les loups sont certes des chasseurs mais sont également des charognards;

Pour chasser, les loups sont dotés d’un odorat très fin, aussi bon, ils sont capables de détecter la plus faible odeur de cerf, de caribou à 2.5km de distance. Une fois l’éventuelle proie repérée, les membres de la meute se regroupent, hument l’air, les oreilles dressées tout en remuant la queue, dans l’attente du signal de déclenchement de la poursuite.

Elan ( Alces alces ) chassé par une meute de loups
 Elan ( Alces alces ) chassé par une meute de loupsPhoto : Rolf Peterson

Bœufs musqués ( Ovibos moschatus ) chassés par une meute de loups sur Ellesmere IslandBoeufs musqués ( Ovibos moschatus ) chassés par une meute de loups sur Ellesmere IslandPhoto : David Mech

Réputée efficace, la meute de loups revient pourtant, dans 90% des cas, bredouille de son expédition.
Les loups harcèlent et testent la cohésion du groupe qu’ils poursuivent, ou s’il s’agit d’une proie solitaire, sa capacité de fuite. Ils feignent une attaque puis s’éloignent et observent les réactions suscitées par leur attitude. Si le troupeau ou l’animal solitaire s’enfuit, la meute lui emboîte le pas, et évalue ses chances de réussite. La meute peut traquer l’animal pendant plusieurs heures, voire des jours entiers, parcourant parfois de très longues distances.

Les techniques de chasse employées par la meute varient en fonction du type de proie et du terrain. La meute peut utiliser des rabatteurs qui vont contraindre la proie visée à se précipiter directement dans une embuscade. Une seconde tactique consiste à pourchasser l’animal jusqu’à son épuisement. Une troisième, à encercler un troupeau et à l’entrainer dans un espace ouvert où l’individu le plus vulnérable, après avoir isolé de son groupe, pourra être attaqué.
Le museau de l’ongulé est généralement visé lors de la première attaque, après encerclement, afin d’annihiler en partie les défenses de l’animal. Les autres membres de la bande se précipitent sur les pattes, les flancs, ou les jarrets de l’animal pour le mettre à terre. Lèvres noires retroussées découvrant leurs crocs, museaux rouges de sang, leurs gueules engloutissent entre 7 à 8 kilos de viandes en un seul repas.

Le loup peut courir à une vitesse de 45 kilomètres à l’heure, mais il ne maintient pas une telle allure pendant longtemps. Par contre son trot peut-être soutenu pendant des heures à une allure constante de 25 à 40 kms/heure. Les pattes arrières du loup se meuvent sur la même ligne que les pattes avant.

Loup tué par une meute de loups
Loup tué par une meute de loupsPhoto : Douglas Smith

Loup , bison et grizzly dans le Yellowstone National ParkLoup , bison et grizzly dans le Yellowstone National ParkPhoto : Douglas Smith

 

Communication

Le hurlement

00075400

Le loup a un mode de communication bien particulier.

Le loup communique avec des sons variés, gémissements, jappements, grognements, aboiements, grondements, et bien entendu hurlements. Le choeur formé de toute la bande émet des vocalisations ininterrompues qui couvrent plusieurs octaves. Mais contrairement à une croyance largement répandue les loups ne hurlent pas forcément plus les soirs de pleine lune.

En milieu naturel, les loups hurlent avant de partir à la chasse; ce hurlement permettra de motiver et de donner une cohésion à la meute. Après la chasse afin de rassembler le groupe ; ce hurlement sert aussi à délimiter le territoire d’une meute par rapport à une autre ou encore pour trouver un partenaire en période de reproduction.

Maintenant concernant les Loups du Gévaudan vivant en captivité, le passage à basse altitude d’un avion de chasse ; les sirènes des pompiers de la ville proche de Marvejols ; ou le dimanche matin les cloches de l’église du village du Buisson provoqueront l’excitation qui entraînera les loups à hurler.
Ce sont les ultrasons et infrasons qui agressent l’ouie délicate de ces canidés.

000804390008045800075403